“Sitcom” de François Ozon au cinéma Sõprus

Cinéma Sõprus

7 Août 2018

Vana-Posti 8

Tallinn

Synopsis

“Sitcom” de François Ozon parle d’une famille très classique : un père ingénieur, une mère partageant son temps entre ses cours de gym et ses séances de psychothérapie, un fils sérieux, étudiant en droit, une fille artiste et une femme de ménage espagnole un peu fofolle. Toute cette harmonie apparente va éclater en morceaux avec l’arrivée d’un personnage inattendu. Un rat.

Le premier long-métrage d’Ozon est une comédie décalée et joliment perverse qui explore déjà tous les thèmes chers au cinéaste.

Avis de Jean-Patrick Géraud, critique de cinéma :

Avec ce premier long-métrage, trois ans avant le succès critique et la reconnaissance que lui apporteront Sous le Sable, François Ozon signait (déjà) le portrait d’une famille en proie à l’éclatement. La première séquence donne le ton : un père modèle – du moins en apparence – pénètre dans un pavillon bourgeois où il massacre, en hors champ et sur fond de “Joyeux anniversaire”, femme, enfants et amis. Début et fin de l’intrigue ? On pourrait le croire si on ne connaissait le goût du cinéaste pour briser les formes elliptiques et déjouer l’attente de ses spectateurs (on se rappelle les dernières séquences de 8 femmes). En l’occurrence la fin de Sitcom, expérimentale et surprenante, ouvre la voie à un conte cauchemardesque qui emprunte, dans sa description de l’horreur absurde, à l’univers de Kafka.
Mais c’est ici sur un mode singulièrement parodique que la cellule familiale est mise à mal. L’absence du père, le coming-out du fils, la tentative de suicide avortée de la fille lugubre (brillante Marina de Van) sont autant d’épisodes mécaniques dans ce feuilleton qui s’acharne à déconstruire avec cruauté les petites apparences bourgeoises. Et pourtant, comme dans 8 femmes, il semble que le film ne prenne jamais complètement au sérieux cette déconstruction, instaurant une distance ironique par rapport à ses propres codes. De fait, rien, dans Sitcom, n’échappe à la dérision féroce d’Ozon, pas même son titre parodique (évocation du huis-clos, autre motif cher à l’auteur), pas même l’attitude de la mère, incarnée avec beaucoup de finesse par Evelyne Dandry, et qui annonce déjà le talent du cinéaste pour le casting et la direction d’actrices.
Il est vrai que l’ironie féroce de l’ensemble casse parfois l’émotion, que Sous le Sable réhabilitera avec talent. La construction de l’intrigue demeure, par moments, assez fragile. Mais il faut reconnaître à Sitcom une atmosphère très personnelle que confirmera la filmographie du cinéaste. C’est là, sans doute, une qualité singulière : le débordement de références qui traverse le cinéma de François Ozon ne contredit jamais son originalité. On reverra en tout cas avec beaucoup de plaisir ce premier film drôle et féroce.

Sitcom
Année : 1998
Pays : France
De  : François Ozon
Avec : Évelyne Dandry, François Marthouret, Marina de Van
Genre : comédie

Durée : 85 min
Langue : français
Sous-titres : estonien

Au cinéma Sõprus, Vana-Posti 8
Le 7 août
A 21H00

Billets pour tous : 6.50€

Acheter le billet

Lire cet article en : Eesti,

How can we TECH care of the environment?

30 Janvier 2020

La  technologie est-elle incompatible avec l'environnement, ou au contraire représente-t-elle une lueur d'espoir ? Peut-on trouver une solution au changement climatique en utilisant la logique des entreprises / startup ? Qui gouverne la technologie : les politiciens, les ingénieurs, les...

Lire la suite

débatla Nuit des idées

Le film “Misérables” nommé aux Oscars

31 Janvier 2020

Stéphane (Damien Bonnard) a récemment rejoint la brigade anti-criminalité de Montfermeil, en banlieue de Paris, en France, où Victor Hugo a situé son célèbre roman "Les Misérables". Aux côtés de ses nouveaux collègues Chris (Alexis Manenti) et Gwada (Djebril Zonga) - tous deux membres...

Lire la suite

FilmKinoprantsuse kino