Gisèle Vienne revient à Tallinn avec son nouveau spectacle “Jerk, the radio play”

Maison de la Radio

23 Octobre 2018 / 24 Octobre 2018

Kreutzwaldi 14, I studio

Tallinn

« Jerk » est une reconstitution imaginaire étrange, poétique, drôle et sombre des crimes perpétrés par le serial killer américain Dean Corll, qui, avec l’aide de deux adolescents, David Brooks et Wayne Henley, a tué plus d’une vingtaine de garçons dans l’état du Texas au milieu des années 70.

Dans la pièce, David Brooks purge une peine à perpétuité. En prison, il apprend l’art de la marionnette qui lui permet en quelque sorte de faire face à ses responsabilités quant à sa participation aux crimes. Il a écrit une pièce qui reconstitue les meurtres de Dean Corll, utilisant des marionnettes pour interpréter tous les rôles. Il présente son spectacle en prison pour une classe d’étudiants en psychologie d’une université locale.

La violence et l’humour du texte obligent à une représentation où l’éclat de la violence transparaît. La forme du théâtre de marionnettes à gaines en castelet a d’ailleurs été traditionnellement conçue pour l’interprétation de sujets violents et transgressifs. En effet, « Jerk » mêle sans complexes sexualité et violence, s’inscrivant en ce sens dans la lignée des textes interprétés dans le répertoire de la marionnette à gaine.

L’histoire aussi réaliste soit-elle, semble à la limite de l’irréalisme. Le réalisme apparent de la pièce vient, outre sa narration linéaire, du fait que la pièce se fonde sur une histoire vraie, et que le marionnettiste et le bonimenteur sont interprétés sans aucune distance quant à ce qui pourrait être le personnage de David Brooks.

« Jerk », s’inscrit comme une synthèse des trois pièces réalisées en collaboration avec l’écrivain américain Dennis Cooper, « I Apologize » (2004), « Une belle enfant blonde » (2005) et « Kindertotenlieder » (2007). Les liens entre fantasmes et réalité sont sans cesse réinterrogés dans ces trois pièces et notre perception du réel y est donc constamment déplacée. « Jerk », plus réaliste, témoigne à travers une narration cohérente et linéaire, de la crédibilité que ce type de forme induit de manière incontestable. Et c’est cet aspect incontestable qu’il s’agit de remettre en question au travers de nos différentes expériences.

D’après une nouvelle de Dennis Cooper

NU Performance Festival 2018 :
GISÈLE VIENNE, PETER REHBERG (Paris, Vienne)
“Jerk, the radio play”
Le mardi 23. et le mercredi 24. octobre à 19H00
Maison de la Radio (Kreutzwaldi 14, Tallinn)
NB: En Anglais !

 

Lire cet article en : Eesti, English,

NUQ TREFF – “Après-midi de Foehn” de Non Nova

24 Mai 2019 / 25 Mai 2019

Quelle est la durée de vie d'un sac en plastique ? A partir du polyéthylène brut jusqu'au moment où il est jeté ? Pendant combien de temps est-il réellement utilisé ? Très peu de temps comparé à la durée pendant laquelle il errera sur la planète, soufflé et balayé par le vent. C'est...

Lire la suite

NUQ Treff 2019