EXPO // SIRJE EELMA et RAIT PRÄÄTS // 02.10.2014 – 24.10.2014

Institut français d'Estonie

2 Octobre 2014 / 24 Octobre 2014

Kuninga 4

Tallinn

Näituse avamine 02. oktoobril kell 17:00
02. oktoobrist 24. oktoobrini 2014 
Prantsuse Instituut Eestis
Kuninga 4, Tallinn

 


L’art graphique de SIRJE EELMA est toujours élégant ; le début esthétique est lié à l’approche conceptuelle. Les multiples niveaux des images créent une ambiance mystique qui fait ressortir des associations ludiques, propres à elle.
Le processus d’imprimerie est lui-même une création, une réflexion et un essai visuels. Il s’agit de l’esthétisme éthique unique qui permet, dans ce monde trop chargé de choses, un recyclage par le biais de la répétition des matériaux et des images. Et de là démarre un jeu particulier : les images toutes faites ne pointent plus le doigt envers elles-mêmes mais offrent des possibilités d’interprétation. / Elnara Taidre
« Il y a trop de choses dans le monde et des fois, il m’exaspère d’en reproduire en y dépensant de la peinture, du papier, du métal et d’autres ressources naturelles. Mais il est possible d’imprimer sur les objets trouvés ou sur les plaques d’impression qui existent déjà et réutiliser la même image sous différentes formes. Ce qui importe, c’est d’inventer un nouveau jeu et de nouvelles significations. »

 

 

Les objets en verre de RAIT PRÄÄTS ressemblent à la fois à la peinture, au dessin ou à la sculpture. Il utilise le verre comme du papier dans le dessin, comme de la toile dans la peinture et comme de l’argile dans le modelage. En faisant fondre les couches de verre peintes en un espace illusoire optique, en un monde original à plusieurs niveaux, il parvient à rejoindre les lumières traversantes et réfléchissantes. 

Dans l’œuvre de Rait Prääts, la tradition tend la main à l’abondance des possibilités et des expériences post-modernes. Dans ce monde illusoire en verre, l’artiste est celui qui raconte les histoires et, à leur manière, ces histoires sont une réflexion sur tous les paradoxes du monde moderne et de l’histoire personnelle de l’artiste dans son monde contemporain.
La volonté et les peintures figuratives de l’auteur font naître à partir du verre des méditations qui portent à réfléchir sur le modus vivendi des gens, sur ce monde vivant qui s’érige depuis des siècles sur les multiples accords sociétaux et privés, sur les fragments de la religion, de la science et de l’art. Le tableau humain, figé dans le verre, est emprisonné en tant que pollen préhistorique dans un éclat d’ambre.
Le verre est un matériau mystique qui semble pouvoir non seulement arrêter la lumière, mais aussi le temps. / Juta Kivimäe

Lire cet article en : Eesti,

Le fest-noz ou l’apéro à la bretonne !

14 Décembre 2018 - Tallinn

C'est déjà l'heure du deuxième apéro de l'Institut français ! Cette édition sera un peu particulière, puisqu'il s'agira d'un Fest-Noz, avec au programme: des danses, des crêpes et du cidre ! RDV au bar Pudel à 18h45, au rez-de chaussée cette fois, pour un début des festivités à...

Lire la suite

Bretagne

L’Estonie, la vraie start-up nation

Le magazine Stratégies, spécialisé en communication et marketing publie un article sur l'Estonie, la vraie start-up nation. Ce pays où l'administration est entièrement digitalisée et où les citoyens disposent d'une identité numérique peut faire disposer les étrangers du programme...

Lire la suite

Nouveau thriller Climax de Gaspard Noé au cinéma Sõprus

14 Décembre 2018 - Tallinn

Climax, film écrit et réalisé par Gaspar Noé, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes, sort au cinéma Sõprus le 14 décembre. Avec ses films aux limites de l’expérimental ("Irréversible", "Enter the Voïd", "Love"…), Gaspar Noé est le réalisateur qui...

Lire la suite

Film

“LE ROYAUME” D’EMMANUEL CARRÈRE TRADUIT EN ESTONIEN

«À un moment de ma vie, j'ai été chrétien. Cela a duré trois ans. C'est passé.  Affaire classée, alors? Il faut qu'elle ne le soit pas tout à fait pour que, vingt ans plus tard, j'aie éprouvé le besoin d'y revenir. Ces chemins du Nouveau Testament que j'ai autrefois parcourus en...

Lire la suite