Le club de lecture recommande: Leïla Slimani au festival littéraire à Tallinn

Kirjanike Maja

26 Mai 2019

Harju 1

Tallinn

Leïla Slimani, la brillante écrivaine franco-marocaine dont le roman Chanson douce a été récompensé en 2016 du Prix Goncourt, sera l’une des invités du festival littéraire HeadRead.

Il n’y a probablement pas de meilleure opportunité de faire connaissance avec un écrivain et ses œuvres. Le club de lecture de mai n’aura donc pas lieu à l’Institut français d’Estonie : nous vous recommandons fortement de (re)découvrir le festival HeadRead. La rencontre avec Leïla Slimani aura lieu le 26 avril à 16h00 à l’adresse Harju 1, Tallinn (en français avec interprétation vers l’estonien).

 

Recommandation de lecture : Leïla Slimani Chanson douce (Éditeur : Gallimard, 2016)

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture.
Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

 

Le festival littéraire HeadRead

En savoir plus sur les événements de l’Institut français d’Estonie

Leïla Slimani

 

chanson douce

Lire cet article en : Eesti,

Les documentaires français au festival Docpoint

31 Janvier 2019 / 3 Février 2019

L'Île au trésor Un été sur une île de loisirs en région parisienne. Terrain d’aventures, de drague et de transgression pour les uns, lieu de refuge et d’évasion pour les autres. De sa plage payante à ses recoins cachés, l’exploration d’un royaume de l’enfance, en résonance avec...

Lire la suite

“LE ROYAUME” D’EMMANUEL CARRÈRE TRADUIT EN ESTONIEN

«À un moment de ma vie, j'ai été chrétien. Cela a duré trois ans. C'est passé.  Affaire classée, alors? Il faut qu'elle ne le soit pas tout à fait pour que, vingt ans plus tard, j'ai éprouvé le besoin d'y revenir. Ces chemins du Nouveau Testament que j'ai autrefois parcouru en...

Lire la suite