La 12ème édition du Mobile Film Festival récompense les réalisateurs en herbe

28 Février 2017

Paris

Le 28 février dernier, le palmarès de la 12ème édition du Mobile Film Festival a été dévoilé par Emmanuelle Bercot, présidente du jury.

Imaginé par Bruno Smadja, le Mobile Film Festival récompense depuis 2005 des films tournés avec un téléphone mobile.  Les règles demeurent inchangées depuis la création du festival. Les candidats, munis de leur seul téléphone portable, doivent réaliser un court-métrage d’une durée maximale d’une minute sur le thème de leur choix. A la clef, une bourse de 15 000 euros attend le grand gagnant.

Cette année, ce sont 750 réalisateurs de 62 pays différents qui ont répondu à l’appel lancé par le Mobile Film Festival. Seuls 51 d’entre eux ont finalement été sélectionnés et ont pu intégrer la « Sélection Officielle » du festival.

Pour la sélection 2017, les films faisaient particulièrement écho à une actualité forte. Violences, discriminations mais surtout migrations ont été traités par des candidats qui, plus que les années précédentes, ont utilisé le format de façon militante.

Plusieurs cinéastes ont livré leur vision personnelle de la crise migratoire. Un geste qui a été salué par les membres du jury. Ainsi, Ali Talib Alshammari, cinéaste amateur d’origine suédoise et réalisateur de Silent Screams, a reçu le prix de la mise en scène pour avoir exprimé dans toute son horreur le drame vécu quotidiennement par des milliers de migrants. Le Grand Prix France a été attribué au court-métrage I Love London, réalisé par Paul Marques et Violette Gitton, qui met en scène la conversation entre un jeune migrant SDF et sa mère, restée au pays.

PALMARES COMPLET

Grand Prix France : I Love London, de Paul Marques Duarte et Violette Gitton (France)

Grand Prix International : Soupe, de Rami Jarboui (Tunisie)

Prix de la mise en scène : Silent Screams, d’Ali Talib Alshammari (Suède)

Prix du scénario : T’es un bonhomme, de Sylvain Certain (France)

Prix du public : Hidden Beauty, de Rrza Jafarzadeh (Iran)

Prix Sens Critique : T’es un bonhomme, de Sylvain Certain (France)

Prix des blogueurs : Vengeance, de Bertand Lagnès (France)

Prix de la meilleure interprétation féminine : Asma Coto dans I Love London, de Paul Marques Duarte et Violette Gitton (France)

Prix de la meilleure interprétation masculine : Hugo Chaure dans Nos plus belles années, d’Alexia Bourne-Maison (France)