Entre loisir et compétition, «la» danse bretonne est plurielle

Quand on pense à la Bretagne, on pense aux galettes de sarrasin, aux marinières, à la mer mais aussi, et surtout, à la danse bretonne ! En effet, la danse est un pilier important de l’identité de la région. D’ailleurs, le fest-noz est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO depuis décembre 2012.

Cette tradition aux origines centenaires a évolué au fil des siècles à tel point que l’on peut aujourd’hui retrouver des variations locales d’une même danse; c’est pourquoi «la» danse bretonne aujourd’hui regroupe des centaines de danses typiques de la région. Parmi les plus connues, on pourra par exemple citer le passepied ou bien le plinn, ou encore la gavotte et la dérobée !

Les danses bretonnes les plus populaires sont celles en chaînes, mais elles peuvent aussi être en rond, en quadrettes ou en couple. Il n’est pas difficile de trouver dans les départements bretons et en Loire-Atlantique des cercles celtiques au sein desquels on peut pratiquer ces danses, ou bien y être initiés si on ne les connaît pas. D'ailleurs, même s'il n'est pas un cercle celtique, l'Institut français d'Estonie vous proposait une initiation à la danse bretonne lors de sa Nuit Blanche du 1er juin ! Néanmoins, le meilleur moment pour pratiquer les danses bretonnes reste incontestablement celui des festoù-noz.

 

Groupe Eostiged ar Stangala. © Jean-Claude Salin

 

Un fest-noz est une “fête de nuit”, par opposition au fest-deiz qui est une “fête de jour”, en intérieur ou en extérieur. On y retrouve les rythmes entraînants de la musique bretonne jouée par des sonneurs, parfois des chanteurs, mais on y retrouve aussi la boisson bretonne par excellence qu’est le cidre, des galettes de sarrasin et de la bonne humeur. Les festoù-noz sont un véritable moment de convivialité et on peut y aller pour se restaurer, pour rester assis ou pour danser. Pas besoin d’être un professionnel de la danse bretonne pour avoir une place sur scène lors d’un fest-noz : il suffit de regarder les pas des autres et de se calquer sur leur rythme.

 

 

La danse bretonne est avant tout pratiquée pour le plaisir mais, pour certains, les cercles celtiques sont aussi une occasion de participer à des compétitions de danse bretonne. Les festoù-noz ont lieu pendant toute l’année, mais les championnats de danse bretonne se produisent durant l’été. Zoom sur le plus connu d’entre eux : le Championnat de Bretagne de Danse de Kendalc’h.

La confédération Kendalc’h (“maintenir” en breton) qui œuvre pour la promotion de la culture bretonne organise son championnat annuel en trois étapes. La première phase, qui a lieu à Vannes à la mi-avril, est un concours qui se concentre sur la forme traditionnelle des danses bretonnes. Viennent ensuite les épreuves de mise en scène ; pour les groupes de danse répertoriés dans la catégorie Excellence, le concours Dañs Excellañs a lieu à Quimper à la mi-juin. Enfin, la finale du Championnat a lieu lors du festival de danse et musique de la St Loup, en août, à Guingamp. Jusqu’à maintenant, on retrouve en tête du classement les groupes Strollad an Tour-Iliz de Trescalan-La Turballe, et Eostiged ar Stangala de Quimper, respectivement les vice-champions et champions de 2017. Rendez-vous le 19 août pour savoir quel groupe sera le champion de l’année 2018 !

Kenavo* !

 

* «au revoir» en breton

 

© Strollad an Tour-Iliz

Groupe Eostiged ar Stangala. © Jean Le Goff
Lire cet article en : Eesti, English,

Tu as 18 ans ? Voyage en Europe cet été grâce à DiscoverEU

L'Union européenne offre un pass à 15.000 jeunes de 18 ans pour découvrir l'Europe et ses cultures cet été. Comme le dit le site de DiscoverEU, saisis cette chance d’expérimenter le principe de libre circulation, de mieux comprendre la diversité de l’Europe, de profiter de sa richesse...

Lire la suite