Des œuvres d’artistes estoniens inspirées par Charles Baudelaire à KUMU

KUMU

9 Septembre 2017 / 25 Février 2018

WEIZENBERGI 34 / VALGE 1

Tallinn

L'exposition des œuvres des artistes estoniens inspirés par la poésie de Charles Baudelaire vous attend au Musée KUMU du 9 septembre 2017 au 25 février 2018.

" Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, 
Ce beau matin d'été si doux : 
Au détour d'un sentier une charogne infâme 
Sur un lit semé de cailloux "

(Charles Baudelaire)

Depuis la parution du scandaleux recueil de poèmes " Les Fleurs du Mal "  de Charles Baudelaire en 1857, nombreux sont les artistes qui s'inspirent de sa mélancolie, de son cynisme, son pessimisme, ses désirs de plaisirs et sa passion envers tout ce qui est bizarre et inhabituel.

Les artistes estoniens du début du 20e siècle partageaient cette admiration et ont créé des œuvres sensibles, morbides et décadentes.

"Les fleurs du mal" de Baudelaire est une critique et analyse pessimiste de la modernisation : les changements brusques et révolutionnaires apportés par l'industrialisation, le capitalisme, la création de métropoles et la croyance en la science et le progrès continu. Celle-ci entraîne une peur et une sensation de perte d'identité provocant des vagues de décadence. La décadence n'est pas seulement une force négative et destructive, puisqu'elle crée aussi des opportunités pour développer de nouvelles idées et essayer de nouvelles approches.

La littérature décadente est une synthèse entre la beauté et la laideur, elle est ouverte aux mysticismes, pose des questions ouvertes sur la sexualité et l'évolution de la place des hommes et des femmes dans le contexte sociétal. S'opposant à la vie bourgeoise et vénérant l'individualisme, elle offre une sortie de la prétendue réalité et permet aux maux psychiques, vices et tabous de former des images lugubres et saisissantes.   

Le décadentisme est arrivé en Estonie au début du 20e siècle, époque de la naissance d'une culture nationale fondée sur une symbiose entre l'identité nationale et la modernité occidentale. L'exposition "Fleurs du mal" constitue le premier essai sur l'art décadent des artistes estoniens du début du 20e siècle. Vous y retrouverez plusieurs œuvres peu connues et jamais présentées de Eduard Wiiralt, Ado Vabbe, Erich Kügelgen, Aleksander Promet, Erna Brinckmann, Erik Obermann et al.

Du 09/09/2017 au 25/02/2018
La collection d'art national d'Estonie au musée Kumu, 3e étage

Événements : 
Le 14/09 à 18h
Visite de l'exposition "Fleurs du mal" avec la curatrice Lola Annabel Kass

Le 16/09 à 14h
Présentation de l'exposition "Fleurs du mal" en russe

Le 19/10 à 18h
Visites successives des expositions "Fleurs du mal" et "Les sauvages d'Allemagne"
Visites guidées par la célèbre curatrice Eha Komissarov. Une recherche sur les thèmes clés de la mort, l'érotisme et la beauté dans les mouvements de l'art décadent en Estonie et parmi les artistes expressionnistes allemands.    

La curatrice : Lola Annabel Kass
Mise en place de l'exposition : Liina Siib
Design de l'exposition : Angelika Schneider
Coordinatrices de l'exposition : Karin Pastak, Liis Pählapuu, Ragne Soosalu

Contributions des collections: Musée d'art Estonien ; Musée d'art de Tartu ; Centre de Littérature M. Under et F. Tuglas de l'Académie des sciences d'Estonie ; la Bibliothèque Nationale d'Estonie ; le Musée de Narva ; le Musée de Littérature d'Estonie ; Musées de Haapsalu et Läänemaa ; autres collections privées  

Lire cet article en : Eesti, English,

La soirée française de la semaine des cultures étrangères

26 Septembre 2018

Qui sont les Français ? Comment vivent-ils ? Et, à quoi ressemble leur pays ? Nous invitons tous ceux qui s'intéressent à la France et aux Français à venir découvrir cette belle culture et sa langue, le 26 septembre à Tallinna Keskraamatukogu. Nous y présenterons les us et coutumes, la...

Lire la suite